Il y a quelques mois j’avais partagé sur un forum d’orthophoniste ce post que j’avais écrit après avoir reçu deux enfants en bilan qui avaient été suivi par des orthophonistes libérales de mon secteur. J’avoue que j’étais vraiment en colère de lire cela et totalement dégoutée !

 

 

« Je ne pense pas exagérer MALHEUREUSEMENT dans la ville où je vis quand  je me balade, je reconnais toujours  les gamins qui vont chez les 5 orthos du coin : cahier à la main ! C'est peut être régional ! ?


Mais, même phénomène pour la plupart des enfants qui arrivent au C.M.P.  Après des années de prise en charge, certains parents amènent Le cahier et pour certains ils sont surpris que je n'en utilise pas un et que je ne donne pas d'exercices à faire à la maison !


Je ne fustige pas les libéraux en particulier puisque je connais deux orthos en CMP qui font la même chose et d'autres en libéral qui ne sont pas dans ses fonctionnements mais sincèrement ici c'est une majorité dans mon ancienne région c'était tout de même  plus anecdotique.

Il y a quelques jours je vous ai donné un exemple d'un bilan.

 

Voici quelques passages d'un courrier d'un orthophoniste envoyé au médecin généraliste d'un enfant pour expliquer la fin de PEC :

 

"les exercices donnés à la maison ont été réalisés. (...) J'ai constaté des difficultés persistantes (...) pourtant les notes à l'école sont correctes. Je suspends donc le suivi. Nous reprendrons les séances en fonction des résultats scolaires"...

 

Cet enfant souffre d'une angoisse majeure, d'une inhibition et d'une lenteur extrême qui ne lui permet pas d'être performant dans les tests standardisés. Avec des troubles de l'alimentation...

 

Et dans aucun des CR n'apparaissent ces traits.

 

J'avoue avoir été particulièrement choquée de lire de tels mots dans un compte-rendu de PEC où il n'est nullement question de l'enfant !

 

J'ai déjà eu des CR de bilan d'une des collaboratrices de cette personne qui avait fait passer une L2MA a un enfant qui ne pouvait pas écrire son prénom et encore moins son nom ! Enfant tout de même scolarisé en CLIS et qu'elle savait suivi au CMP. Et jamais, cette orthophoniste ne s'est rendue compte que cet enfant n'écrivait pas son prénom et son nom dans son bilan! Et dans son compte-rendu de prise en charge, elle justifie la prise en charge  ortho "en raison des difficultés scolaires". Après une année de prise en charge  elle ne lui avait appris que les voyelles avec aucun travail sur la trace, sur la symbolisation... chez un enfant dysharmonique ! Il est évident que cet enfant n'a jamais progressé et vite oublié ces voyelles qui n'avaient aucun sens pour lui. Toutefois en fin de compte-rendu, elle notait tout de même que devant l'absence de progrès, il serait peut être utile de proposer des méthodes plus appropriées à cet enfant.

 

Cet enfant a une intelligence très pragmatique avec des capacités cognitives évidentes mais un désir de rester le petit dernier. Il est très angoissé par toutes productions écrites. La relation duelle avec lui est un plaisir.

 

Dans les CR on ne trouve également rien de l'enfant.

 

Il va sans dire que ces deux enfants vont m'amener le cahier de "leçons d'orthophonie" qu'ils avaient.

 

Il y a par contre quelques professionnels vraiment compétents et qui ne catégorisent pas le moindre retard de parole en dysphasie ou difficultés scolaires en dyslexie mais objectivement, dans  le coin, ils sont rares !

Et ce discours n'est pas que le mien, toutes les instits de ma ville que je côtoie dans  un autre cadre me tiennent le mm discours !

 

Comme je l'ai déjà expliqué dans d'autres posts. Toutes les productions de l'enfant restent dans le dossier (sauf exception). Et comme l'une d'entre vous l'a expliqué suite aux remarques d'un enfant en fin de PEC, je propose à l'enfant de revoir le dossier et il peut prendre ce qu'il souhaite sauf mes notes perso. C'est assez intéressant de voir ce qu'il laisse (tout, rien ou choisit vraiment) et je trouve que ce temps est intéressant pour travailler la séparation. Beaucoup veulent la pochette sur laquelle leurs noms sont inscrits.

Comme tous les ans quand  nous reprenons le suivi après les grandes vacances, je leur propose de lire ensemble (enfin suivant les moyens de chacun et en adaptant) mon CR de PEC annuel qui est joint au dossier médical de l'enfant. Cela nous permet de parler la PEC, son évolution...

 

Quand aux pratiques, j'utilise essentiellement les séries de Chassagny (que j'adapte) nous travaillons plus sur le métalangage ce qui permet d'apprivoiser l'écrit. J'utilise maintenant beaucoup  les contes merveilleux également. Je pratique des sortes d'ateliers d'écriture à ma sauce... Enfin tout est variable en fonction de chaque enfant, de là où il en est et de son désir. »