Rapport Pisa sur l’éducation : la France championne… des inégalités scolaires

Par Marie-Christine Corbier | 02/12/2013

 

L’OCDE publie mardi matin le rapport Pisa sur l’éducation. Vincent Peillon prédit un recul en maths et une hausse «terrible» des inégalités.

PISA-Echos-2013

Les résultats de l’enquête Pisa, qui sont publiés mardi matin, ne devraient pas être très bons pour la France - AFP

Le ministre de l’Education, Vincent Peillon, prédit le pire . Les résultats de l’enquête Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), dirigée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui sont publiés mardi matin , ne devraient pas être très bons. Lancée en 2000, cette étude sort tous les trois ans et s’est imposée comme la principale évaluation internationale des systèmes éducatifs : 470.000 élèves de 15 ans et 65 pays y avaient participé en 2009. Dans les trois domaines étudiés par Pisa, la France s’était alors classée 21e (compréhension de l’écrit), 22e (mathématiques) et 27e (sciences), loin derrière le trio de tête du classement (Shanghai, Corée du Sud et Finlande). Et elle devrait faire encore moins bien cette année, si l’on en croit le ministre.

« On laisse sur le côté 25 % de notre jeunesse »

« La France décroche totalement dans les performances de ses élèves sur dix ans, affirmait Vincent Peillon, le 10 octobre. Sur un certain nombre de compétences, cela devient dramatique. Ce n’est pas seulement la lecture. Ce sont les mathématiques. C’est la confiance des élèves en eux-mêmes. (…) Et en plus, et ça, c’est terrible pour nous tous, c’est le pays dans lequel les inégalités sociales et scolaires s’accroissent le plus. On laisse sur le côté 25 % de notre jeunesse. » Le ministre est bien décidé à utiliser les résultats de Pisa pour justifier ses réformes, alors que « le système scolaire commence à très mal marcher pour une proportion de plus en plus importante d’élèves », de 20 % à 25 % des jeunes étant en difficulté lorsqu’ils entrent au collège.

Dans son « Portrait social » publié il y a deux semaines, l’Insee soulignait que les décrocheurs se distinguent des autres élèves par leur origine sociale, rejoignant en cela ce que pointait déjà l’OCDE en 2009. La proportion des enfants de cadres est bien plus faible parmi les décrocheurs que parmi les non-décrocheurs (5 % contre 18 %) et la proportion d’enfants d’ouvriers y est, à l’inverse, plus élevée (48 % contre 31 %).

« Les inégalités sont plus fortes qu’ailleurs, c’est le plus grand échec du système français, renchérit Eric Charbonnier, expert à l’OCDE. Et elles démarrent dès la maternelle. » En lecture, en 2009, la France faisait partie des pays où l’écart entre les élèves les plus forts et les plus faibles était le plus important. Et cet écart avait déjà augmenté de 5 % entre 2000 et 2009. Les inégalités valent aussi en mathématiques.

« Il n’y a rien de catastrophique ni d’alarmant »

Malgré ces écarts entre élèves, la France se situait en 2009 « dans la moyenne des pays de l’OCDE », dans la même catégorie que les Etats-Unis, la Suède, l’Allemagne, l’Irlande, le Danemark, le Royaume-Uni, la Hongrie ou le Portugal. « On pourrait s’attendre à mieux, mais il n’y a rien de catastrophique ni d’alarmant », relativise Pascal Bressoux, professeur en sciences de l’éducation et membre de l’Institut universitaire de France. Un avis partagé par Eric Charbonnier – « le système français n’est pas aussi catastrophique que ce qu’on peut parfois entendre ». D’autres, pourtant, jugent la performance globale « médiocre », comme Jean-Pierre Boisivon, du pôle de recherche du Collège des Bernardins, qui rappelle que, « il n’y a pas si longtemps, la France prétendait avoir la meilleure école du monde ».

Entre les classements Pisa 2006 et 2009, la France avait, dans le classement des seuls pays de l’OCDE, dégringolé de la 12e à la 18e place en compréhension de l’écrit et du 13e au 16e rang en mathématiques.

 

Pisa, une étude qui s’est imposée

Dirigées par l’OCDE, les enquêtes Pisa sur l’évaluation des systèmes éducatifs dans le monde ont fait du chemin depuis leur apparition, en 2000. Même si les Etats-Unis y attachent peu d’importance, en Allemagne, dans les pays du Nord ou à Singapour, «Pisa est un événement», indique la directrice de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) au ministère de l’Education nationale, Catherine Moisan. 

En France aussi, l’enquête de l’OCDE s’est imposée. «Au début, beaucoup ont attaqué le thermomètre, rappelle Catherine Moisan. Puis les études nationales ont montré les convergences avec Pisa...» En 2006, Nicolas Sarkozy appelle à «tirer les conséquences» de PISA. Deux ans avant que son premier ministre de l’Education, Xavier Darcos, ne s’y réfère pour asseoir sa réforme des programmes du primaire.

Vidéo de Laurent BIGORNE

http://videos.lesechos.fr/news/interviews/laurent-bigorgne-la-france-fabrique-de-l-inegalite-sociale-2888216726001.html

 

 

SOURCE : les Echos